Présentation auteur de Guidolinecafé

Présentation auteur de Guidolinecafé

Bienvenue sur Guidolinecafé.

Qui suis-je ?

Un homme passionné de la petite reine ou plus simplement de vélo.

Quand cela a-t-il réellement commencé ?

Vers mes 3 ans ( 1981) quand mes parents enlevèrent les petites roues sur mon vélo rouge et que je pus m’aventurer seul ou avec mon frère sur les chemins hors de propriété familiale. Mais c’est vers les années 2000 que j’ai réellement accroché et plongé dans l’univers et la pratique du vélo.

Mon parcours de cycliste :

Début des années 2000 je faisais surtout beaucoup de « commuting » ou « vélotaf » sur route ( allers-retours domicile/travail en vélo) avec plus de 40 kms quotidiens à travers Paris et sa banlieue. Un été avec un ami j’entrepris une traversée de la France à vélo. Après un bricolage succinct d’un porte bagages pour mon VTT de marque Sun et une monte en pneus slick c’était le grand départ. En 8 jours nous réussirons à rallier Perpignan depuis Etampes. J’ai adoré cette première expérience du vélo de voyage en autonomie et me promis dès le retour de renouveler l’expérience rapidement.  Puis le virus du VTT me détourna pour un long moment de l’itinérance à vélo et de la route. S’en suivi une décennie de pratique assidue du VTT sur tous les sentiers des forets d’IDF en particuliers celles du Val d’Oise et de l’Oise (Montmorency, Lisle Adam, Carnelle, …) mais aussi du 91 et du 77 ( Vallée de Chevreuse, Fontainebleau ..) et du nord de la France ( Monts des Flandres) où je vécus quelques années. Suivant les avancés technologiques et les modes mes montures changèrent:  du tout rigide acier SUN,  au hardtail alu freins V brakes, puis sur un tout suspendu 26″ Specialized Stumpjumper pro au freins hydrauliques pour revenir au hard tail mais Titane cette fois et finir en Specialized 29″ tout suspendu.

En 2010 via un congé sabbatique je décide de renouer avec le vélo de voyage. Sur une randonneuse 26 pouces montée pour l’occasion (cadre acier CYFAC Paris Pekin) je fais le tour de l’Islande puis  une partie de l’Ecosse. Les bivouacs, la nature, les rencontres, les imprévus, la soustraction au rythme de la ville et du travail,  sur plusieurs semaines resteront une expérience unique qu’il me tarde de retrouver un jour.

En 2012  je découvre réellement le vélo de course ou de route. Sur un vélo d’endurance (un Giant) je participe à une course de charité ralliant l’Italie aux Pays Bas ( le Tour For Life). Cela sera d’ailleurs mon premier 200 kms  et mes premières expériences de ride en groupe ou petit peloton.

Courant 2014-2015 histoire de varier un peu les plaisirs et de profiter de mon vélo de course, je m’initie au Triathlon avec des collègues. La pratique du vélo en compétition est une première pour moi ou presque et j’apprécie. Le vélo est naturellement la discipline où je suis le plus rapide. Mais il me manquait toujours quelque chose comme une nostalgie du VTT ou du voyage …

En 2016 je prends la vague du Gravel, de l’ultra et du bikepacking de plein fouet. J’y trouve tout ce qu’il me manquait en route ou en triathlon : une ambiance bien plus sympa, beaucoup plus d’aventure et d’imprévus, plus de sensations de pilotage, plus de nature, moins de dangers automobile, bref un moyen de renouer avec l’itinérance et le « off road » en y alliant la performance sportive et l’aventure : le pied total ! De plus avec mon gravel ( un Open UP) je redécouvre des sentiers tous proches de chez moi que je délaissais en VTT car pas assez techniques. Fini les transports en communs ou trajets en voiture pour s’évader sur des spots VTT  et bouchonner sur le retour de sortie dominicale : je pars directement de chez moi et j’allonge la distance. Je participe pendant l’été à la première édition du French Divide et sombre définitivement dans l’ultra bikepacking.

2017 sera pour moi l’année de l’endurance : j’allonge les distances sur route en faisant un BRM 200 puis un 400 histoire de m’entrainer et de me tester. Je participe à la  Malténi gravel bootleggers race ( 245 km de course gravel), puis à la BTR ( 1250 km) puis au French Divide N°2. Je pense que dans toutes ces épreuves il y a un dénominateur commun : la longue distance, l’autonomie et l’aventure.

Pourquoi faire du vélo ?

En dehors d’une pratique purement sportive le vélo est un formidable moyen de rencontre et de découverte de notre environnement. Le vélo peut aussi être un signe identitaire et politique. A chacun de lui donner le sens qu’il voudra à défaut le vélo donnera un sens à votre vie !

Pourquoi Guidolinecafé ?

Via Guidolinecafé et mes articles j’espère contribuer à votre enrichissement personnel et répondre à vos interrogations. Je souhaite vous donner l’envie de pédaler que cela soit pour aller au boulot ou pour découvrir la France ou le monde. Si je peux libérer l’aventurier qui sommeil en vous j’en serai ravi! En solitaire, en groupe ou en famille, le vélo est à partager et à consommer sans aucune modération alors ne vous en privez pas !

Bonne lecture à vous, n’hésitez pas à commenter mes articles ou à me contacter pour des questions ou des suggestions de sujets que vous souhaiteriez voir traités sur Guidolinecafé  !

Sportivement, Sylvain.